Volvo Cars fête ses 60 ans de partage des connaissances en matière de sécurité à travers une bibliothèque numérique ouverte à tous

Volvo Cars fête ses 60 ans de partage des connaissances en matière de sécurité à travers une bibliothèque numérique ouverte à tous
01/04/2019

Pour la première fois, Volvo Cars rend ses connaissances en matière de sécurité facilement accessibles à travers une bibliothèque numérique centralisée et invite instamment l’industrie automobile à en faire usage dans le but d’avoir des routes plus sûres pour tous.

Cette annonce illustre la philosophie de l’entreprise qui consiste à renforcer la sécurité en partageant des connaissances qui aident à sauver des vies. Elle intervient à l’occasion du soixantième anniversaire de ce qui a peut-être été l’invention la plus importante de l’histoire de la sécurité automobile: la ceinture de sécurité à trois points d’ancrage.

Selon les estimations, cette ceinture lancée par Volvo Cars en 1959 a sauvé plus d’un million de vies dans le monde, non seulement dans des Volvo, mais aussi dans de nombreux autres véhicules, grâce à la décision de l’entreprise de partager l’invention à des fins d’amélioration de la sécurité routière. Depuis lors, elle a continué à donner la priorité au progrès sociétal plutôt qu’au seul gain financier.

Pour fêter cette étape primordiale et souligner le fait que sa tradition de partage va au-delà des brevets et des produits physiques, Volvo Cars lance à présent le projet E.V.A. Cette initiative non seulement incarne et célèbre soixante années de partage de la recherche sur la sécurité automobile avec le reste de la planète, mais souligne également une question fondamentale d’inégalité en termes de développement de la sécurité automobile.

«Nous disposons de données sur des dizaines de milliers d’accidents réels, afin de nous assurer que nos voitures sont aussi sûres que possible pour les situations à risque de la circulation réelle», déclare Lotta Jakobsson, professeur et spécialiste technique principale au Centre de sécurité de Volvo Cars. «Cela signifie que nos voitures sont développées dans le but de protéger toutes les personnes, quels que soient leur sexe, leur taille, leur silhouette ou leur poids, au-delà de la «personne moyenne» représentée par les mannequins de crash-tests.»

À partir des données de recherche propres à Volvo Cars et de plusieurs autres études, le projet E.V.A. illustre le fait que les femmes sont plus exposées à certaines blessures dans un accident de voiture. Les différences, par exemple en termes d’anatomie et de résistance de la nuque, entre un homme moyen et une femme moyenne révèlent que les femmes sont plus susceptibles de souffrir de lésions à la nuque par coup du lapin.

Sur la base de ces études et de ses propres données sur les crashs, Volvo Cars a créé des mannequins de crash-tests virtuels pour mieux comprendre ces accidents et développer des technologies de sécurité qui aident à protéger les hommes et les femmes de manière équivalente. La première technologie découlant de cette démarche a été le dispositif WHIPS de protection contre le coup du lapin, lancée en 1998, qui a contribué à l’aspect unique des sièges et des appuie-tête Volvo.

L’idée de donner la priorité au progrès sociétal continue de guider le travail de développement de Volvo Cars en matière de sécurité. L’entreprise développe de nouvelles technologies non seulement pour répondre aux normes de sécurité ou pour réussir les tests réglementaires, mais aussi parce que ses propres données de recherche, basées sur une analyse approfondie de dizaines de milliers d’accidents réels, montrent où la sécurité peut être améliorée.

Dans les années 80, Volvo Cars a commencé à se concentrer sur les collisions latérales, après avoir constaté, données à l’appui, que trop de personnes avaient été blessées dans de tels accidents en raison de la courte distance entre l’impact et l’occupant. Il en a résulté plusieurs innovations à partir des années 90, telles que le système de protection contre les impacts latéraux (SIPS), les airbags latéraux et les rideaux gonflables. Toutes ces innovations, basées sur les données de recherche de Volvo, constituent désormais une norme de l’industrie.

Plus récemment, les données de recherche de Volvo Cars ont révélé un problème de blessures à la colonne lombaire, ou au bas du dos, chez toutes les personnes, peu importe leur sexe et leur taille. Une analyse et une étude plus approfondies ont permis à Volvo de se pencher sur les risques de blessures causées par les sorties de roue. La technologie qui en a découlé, lancée d’abord sur la XC90 et maintenant sur toutes les véhicules basés sur l’architecture produit évolutive (SPA), est un absorbeur d’énergie dans les sièges qui va bien au-delà de l’exigence réglementaire à laquelle les constructeurs automobiles doivent satisfaire.

Diese Website verwendet Cookies, um die Nutzerfreundlichkeit zu verbessern. Durch die weitere Nutzung der Website stimmen Sie dem zu. Um mehr über die von uns verwendeten Cookies zu erfahren, können Sie unsere RICHTLINIEN FÜR DATENSCHUTZ UND VERWENDUNG VON COOKIES aufrufen.

OK